Aidez-nous Aidez-nous
Suivez-nous Facebook
Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas, c'est parce que nous n'osons pas qu'elles sont difficiles.

Sénèque

L'empreinte écologique


Compenser l'empreinte écologique par la plantation d'arbre.

La surface biologiquement productive disponible sur notre planète est estimée au quart de la surface de la Terre. Cela fait 13,6 milliards d’hectares pour plus de 6 milliards de personnes.

L’empreinte écologique durable d’un terrien moyen est donc de 2,1 hectares par personne, c’est-à-dire que chaque homme dispose en moyenne de 2,1 hectares pour satisfaire chaque année ses besoins en nourriture, en biens de consommation, en énergie et en destruction de ses déchets.

Or il existe d’énormes disparités entre les hommes ; un Américain utilise en moyenne 10 hectares, un Européen 5 hectares et un Africain moins de 2 hectares.

L’empreinte écologique d’un habitant de pays développé est près de 6 fois supérieure à celle d’un habitant d’un pays à faible revenu. Ainsi, pour que chaque habitant de la planète ait le niveau de vie d’un Américain, il faudrait les ressources de plus de cinq « Terre »…

Le mode de vie occidental utilise des ressources qui vont manquer aux générations futures.
En Belgique et au Luxembourg, nous consommons annuellement l’équivalent de 4,6 fois la surface totale de notre territoire.

Notre planète n’arrive plus aujourd’hui à compenser l’empreinte écologique humaine et donc naturellement elle s’essouffle. Il faudrait aujourd’hui deux planètes et demi pour parvenir à une empreinte écologique neutre de la race humaine.